TSR Crew – Passage Flouté – Ici 2018-04-20T14:50:04+02:00

Project Description

Couplet unique posé sur une instru magnifique, qui m’a vraiment donné envie de reprendre ce morceau au piano.

J’ai bien aimé l’analogie avec la Genèse dans la bible reprise 4 fois dans le morceau, qu’Hugo raffine a chaque passage après les paroles « T’écouterais qui ? Tes rents-pa ou les clients qu’tu vois en bas ? »

J’espère que vous apprécierez le petit ajout au piano à la fin ! 😉

Lyrics

[Couplet Unique : Hugo]
Les p’tits veulent être bouclés, ils disent d’abord le bizz, au pire on taffe
Dur de combattre, parcours bouchés comme le ton-car d’un pilon gras
Dur d’rester en place, trop d’gratteurs, trop d’crackers
J’ai pas les fonds d’un grand trader
J’ai l’corps en flammes comme Ghostrider
Impossible de rester haut, si t’es rabbat c’est qu’t’es des nôtres
Des dépressions et des rafales voilà l’bilan d’ma météo
Si tu les niques tous tu montes, pour pas entendre j’écoute du son

Les conseils rentrent par une oreille et r’viennent après un tour du monde
Loin des tours en verre, tellement d’gueush, le soir on s’saoule en scred
J’éclaire comme une lanterne là où les keufs regardent toujours en l’air
Même si la vie m’malmène, j’garde le sourire comme une barmaid
Messages de putes et pubs de cul, le monde ressemble à une boîte mail
Imagine adolescent, ton accent d’rue crée des remparts
T’écouterais qui ? Tes rents-pa ou les clients qu’tu vois en bas ?
Prêts à vendre, ou à prendre n’importe quel mélange qui défonce

Juste des parcours humains, ici y a ni anges, ni démons
En manque d’appui, c’est abusé tu peux pas tout traduire
Pensent qu’à gruger, tous capuchés, mais c’est pas pour la pluie
Ca vend la Ket’, c’est pas la fête, j’rappe pour crever l’abcès
J’vois qu’on préfère cogner la tête de son voisin que d’se creuser la sienne
Dès leur lever, prêts à crever, ils veulent pas perdre un sou
L’ambiance est énervée, ils niquent leurs vies pour le salaire d’un chouf
Tous dans l’doute, certains sont suicidaires, très peu l’avoueraient
C’est pas pour changer les ampoules quand ils montent sur un tabouret

Rêvent du “tar-mi”, mais dans le vice y a pas de demi-tarif
Partir en couille, c’est très rapide quand on t’promet un smic à vie
Certains s’réveillent en pleurs, j’entends c’qu’ils pensent quand ils s’endorment
Mais comment veux-tu qu’ils s’en sortent? Tout prête à dire qu’la vie c’est triste sans drogue
Adolescent, ton accent d’rue crée des remparts
T’écouterais qui ? Tes rents-pa ou les clients qu’tu vois en bas ?
Ici aucun coupable ne s’dénonce, que des mélanges qui défoncent
Juste des cerveaux humains, ici y a ni anges, ni démons
J’sais qu’t’as faim, range ta fierté prends quelques frites et croque

Normal qu’on perde la tête y a des charters sur les parkings d’école
Ils ont appris les codes, ils veulent palper donc normal ils t’escroquent
Les filles veulent être escort, y a trop d’taspé placardées sur les kiosques
La violence escalade: des kalash et d’la came
Des chats noirs et des shtars, plus des tié-quar là c’est des Stalag
Un pain d’héro, un peu d’ “lère-ga”, des armes et plein d’égo
C’qu’ils veulent c’est du seille-o, les banques c’est mort, ils s’braquent les uns les autres
Veulent leur conso même en s’approchant du néant
Le commissaire voudrait qu’on saute comme des valises sans surveillance

Les plus jeunes sautent à pieds joints sur un échafaud et ça chauffe
Si facile de l’convaincre que tout vient d’l’autre, que rien n’est d’sa faute
Adolescent, ton accent d’rue crée des remparts
T’écouterais qui ? Tes rents-pa ou les clients qu’tu vois en bas ?
On voit la violence qui té-mon, des mélangent qui défonce
Juste des parcours humains, ici y a ni anges, ni démons
Tu penses savoir c’que t’as à faire, c’est pas moi qui t’jugerai
Si tu t’réveillais 15 ans plus tard demande-toi tu qui tu s’rais?
Plus de tass, moins de demoiselles, niveau modèle c’est démentiel

Alors c’est ça votre rap Hardcore des quarantenaires qui rappent pour des moins de 16?
Quant au grand frère, comment s’fait-il qu’il s’branle autant
Etre respecté devient un défi quand c’est les p’tits qui vendent aux grands
Même dans les barres de rires, j’y vois qu’le vice, les chances s’amenuisent
Petit frère veut qu’on parle de lui, prend rendez-vous avec la BAC de nuit
Adolescent, ton accent d’rue crée des remparts
T’écouterais qui ? Tes rents-pa ou les clients qu’tu vois en bas ?
Prêts à vendre ou à prendre n’importe quel mélange qui défonce
Des enfants déchus, ici y a ni anges, ni démons

 

Project Details

Categories: